voyage et sports nature

Les réseaux sociaux, désormais contrôlés par les autorités de douanes américaines

Les réseaux sociaux, désormais contrôlés par les autorités de douanes américaines

Jan 27, 2017

Depuis la date du 20 décembre, on note une modification au niveau du formulaire esta. Notez que cette autorisation est nécessaire pour tous les voyageurs exemptés de visa désirant séjourner aux États-Unis pendant 90 jours maximum. Notez que toutes les demandes doivent uniquement se faire en ligne, d’où l’intérêt de remplir ce formulaire pour permettre à l’administration américaine de connaître le profil du ressortissant.

Le changement apporté par les États-Unis en vue de renforcer les mesures de sécurité concerne les réseaux sociaux. Effectivement, tout voyageur doit désormais indiquer leur identifiant lorsqu’il remplit le formulaire en ligne. Cette mesure est pour l’instant facultative…

Un contrôle dès votre arrivée à l’aéroport

Le principe de cette mesure est assez simple, puisque les américains souhaitent savoir toutes vos activités en ligne. D’ailleurs, leur devise est « dis-mois qui tu es sur les plateformes sociales et je te dirai si tu peux entrer chez moi ».

Les mesures prises par les USA visent surtout à définir le profil de chaque voyageur sur les réseaux sociaux avant de décider s’il peut ou non entrer sur le territoire américain. Le principe de ce dispositif de contrôle est de suggérer aux demandeurs de l’ESTA d’indiquer leurs profils de réseaux sociaux pour que les autorités de la douane américaine puissent y jeter un œil avant la délivrance du précieux sésame qui ouvre la porte des Etats-Unis.

Quel est le point de départ de cette mesure ?

Notez que pas moins de treize réseaux sociaux sont jusqu’à présent recensés, dont Instagram, YouTube, Linkedin, Twitter ou encore Facebook. Cette mesure est née après la tuerie de San Bernardino, durant lequel un couple d’origine islamiste avait tué environ quatorze personnes dans un immeuble des services sociaux.

Après une enquête très poussée, le FBI a révélé que Syed Farook et Tashfeen Malik avaient déjà la louange du terrorisme sur les réseaux sociaux. L’administration Obama a alors décidé de valider ce projet de loi.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *